Accéder au contenu principal

Articles

Berlin Now (1985) documentary on West Berlin

  Plus de détail ICI
Articles récents

Ce jeudi, cours en ligne par Adrienne Boutang, sur "la mise en scène de l'intime"

  Cours de cinéma "Des coulisses aux projecteurs : la mise en scène de l'intime" // séance virtuelle Cours de cinéma par Adrienne Boutang (enseignante de cinéma) // Séance virtuelle, retrouvez la vidéo ci-dessous jeudi 21 janvier à 20h (pensez à actualiser votre page si vous n'avez pas d'affichage)     Des flamboyants tourments de Judy Garland aux drames secrets d’une Dorothy Dandridge ou d’une Natalie Wood, les biographies tourmentées de leurs interprètes féminines sont la matière même de certains mélodrames. Nous suivrons leurs jeux de miroirs déformants ou révélateurs. → cours enregistré au Forum des images le 16 octobre 2020, dans le cadre du cycle « Tant qu’il y aura du mélo »   Évènement de  Forum des images En ligne :  forumdesimages.fr jeudi à 20:00 UTC+01 Prix : Gratuit Public    ·  Tout le monde (avec ou sans compte Facebook) Séance gratuite à visionner le 21 janvier à 20h sur notre site    http://bit.ly/38OvbJ6 Des flamboyants tourments de Judy Garland

Agnès Varda

MASTER CLASS D'AGNÈS VARDA CLÉO DE 5 À 7 1H30, FRANCE, 1961 AVEC CORINNE MARCHAND, ANTOINE BOURSEILLER, MICHEL LEGRAND Cléo attend les résultats d’une analyse médicale. Elle redoute d’être atteinte d’un cancer. Les visites de ses amis, peu compatissants, et de son amant, distraitement tendre, ne la consolent guère. En proie à une angoisse grandissante, elle erre dans les rues de Paris et rencontre Antoine, un soldat en permission... Cléo de 5 à 7 , c’est un portrait de femme inscrit dans un documentaire sur Paris, mais c’est aussi un documentaire sur une femme et l’esquisse d’un portrait de Paris. De la superstition à la peur, de la rue de Rivoli au café du Dôme, de la coquetterie à l’angoisse, de Vavin à la gare du Maine, de l’apparence à la nudité, du Parc Montsouris à la Salpêtrière, Cléo découvre, un peu avant de mourir, la couleur étrange du premier